Achat immobilier : la garantie revente pour assurer vos arrières

par

Achat immobilier : la garantie revente pour assurer vos arrières

Le secteur immobilier affiche toujours une bonne santé.

Pour couvrir votre opération en cas de revente obligatoire, pour des raisons qui ne dépendent pas de vous, vous souscrivez une assurance appelée garantie revente.

C’est une assurance qui vous aide à revendre votre bien rapidement sans être automatiquement perdant. Cette formule d’assurance est d’une aide précieuse à condition d’en maitriser les arcanes pour en tirer profit dans les mauvais jours.

L’assurance garantie est indispensable

L’assurance-emprunt figure parmi les éléments du crédit immobilier. La loi ne l’exige pas de manière formelle, mais les organismes prêteurs, eux, tiennent à ce que les emprunteurs s’y souscrivent pour couvrir l’investissement.

Les prêteurs vous proposent une panoplie de polices d’assurances comme l’assurance décès, l’assurance prêt, l’assurance perte d’emplois. Vous avez également l’assurance revente.

Le mécanisme est simple. Vous pouvez acheter un bien immobilier par un crédit en ligne (comme celui proposé par Prêt.lu). Cependant, pour des raisons personnelles ou professionnelles, vous vous trouvez dans l’impossibilité d’honorer vos mensualités. Vous pouvez revendre le bien concerné rapidement et recourir à l’assurance garantie revente. Cette assurance vous couvre dans cette opération qui se réalise rapidement. Evidement en deçà du coût initial d’achat. Mais moins pire qu’une revente en catastrophe.

Les avantages d’une assurance revente

Grâce à l’assurance garantie de revente, vous bénéficiez d’indemnités de revente à perte de votre bien que ce soit un logement, un immeuble ou un appartement.

Cette assurance est souscrite par la majorité des propriétaires de résidence principale et parfois des propriétaires de résidence secondaire.

Voici les seules conditions d’accès à la garantie revente

L’indemnisation prévue par la garantie revente ne peut se déclencher que dans certains cas de force majeure. C’est la règle. Les conditions de déclenchement sont spécifiques et uniques. Elles figurent dans le contrat signé par l’assureur et l’emprunteur. Cette formule d’assurance est mise en branle dans les cas suivants : décès, invalidité constatée, divorce ou dissolution d’un mariage mixte, perte d’emploi à cause d’un dégraissage, naissance multiple intempestive, affectation professionnelle.

Dans ce dernier cas, l’affectation n’est valable que pour les distances convenues dans le contrat. Elle ne concerne pas les emprunteurs qui exercent un métier où la mutation est régulière. C’est le cas des enseignants, des magistrats, des pompiers.

Deux formules de calcul des indemnités

L’emprunteur qui souscrit est en droit de savoir le mode de calcul des indemnités. Il se fait en fonction d’un pourcentage de la moins value ou d’un pourcentage de la valeur totale du bien. Les indemnités sont plafonnées suivant le contrat entre les deux parties. Le souscripteur ne touchera jamais des indemnités supérieures à la valeur du bien concerné. L’assureur fixe le plafond et très en deçà de la valeur

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.